Galerie du Pistolet d'Or - Achat et vente de tableaux

subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link | subglobal2 link
subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link | subglobal3 link
subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link | subglobal4 link
subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link | subglobal5 link
subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link | subglobal6 link
subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link | subglobal7 link
subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link | subglobal8 link

Sylvain Lambré (Sainte-croix-les-Bruges, 1889 - 1958)

Cliquez sur l'image pour lire la description du tableau

Ce tableau a été vendu par la Galerie du Pistolet d'Or

Ce tableau a été vendu par la Galerie du Pistolet d'Or

BIOGRAPHIE:

Peintre de paysages, des scènes populaires, de vues de ville, de marines et de fleurs, aquarelliste et dessinateur. Fils de musicien, il étudie au conservatoire de Bruxelles avant de se tourner vers la peinture en autodidacte. Après des débuts prometteurs entre 1923 et 1934, année où il expose au Musée de Brooklyn à New York, aux côtés de Constant Permeke et Gustave De Smet, il est atteint d'une dépression et, en 1942, d' une maladie pulmonaire qui le maintient à l' écart du monde jusqu' en 1955, il expose cette année avec succès. Après le décès de sa femme en 1958, il met fin à ses jours. Lambre a privilégié les personnages populaires, les clowns musiciens, dépeints avec un "humour pathétique" dans les tonalités sourdes et dans les petits formats. Sa facture est expressionniste. La pâte épaisse est travaillée au couteau, parfois soulignée d'un cerne. Comparé tantôt à M. De Vlaminck tantôt à G. Rouault, Lambré pratique une art à "l'expressionnisme contenu melancolique" et empreint d' une certaine naïveté.

La vie et l' œuvre de Lambré (Bruxelles, 1977. M.A.O. Bertrand)

C' est à Sainte Croix-lez-Bruges, le 19 décembre 1889, que naquit Sylvain Lambré. Fils d' un chef d' orchestre il fait ses classes de musique et de composition au Conservatoire et devient un excellent instrumentiste, se produisant aux Concerts Ysaye, au Kursaal d' Ostende et aux Concerts du Conservatoire. Il se marie et devient père d' une petite fille. Mais tourmenté par le démon de la peinture il n' a cessé parallèlement à ses activités musicales, d' apprendre à dessiner et à peindre, et finalement il décide de consacrer sa vie exclusivement à la peinture. Il s' y adonne avec tant d' acharnement qu' en 1924 la Galerie Breckpot. alors rue Royale à Bruxelles, s' assure par contrat le monopole de sa production. Plusieurs centaines de ses œuvres vont ainsi être dispersées non seulement en Belgique et dans les pays limitrophes, mais aussi loin dans le monde (Palestine, Uruguay etc.), tant dans les musées que dans les collections privées. Lorsqu' à la mort de Mr Breckpot son contrat prend fin, Lambré recouvre sa liberté et organise des expositions particulières. Celle qui clôture cette période de sa vie a lieu en 1942 à la renommée Galerie Manteau à Bruxelles. Ensuite le malheur s' abat sur lui. II est terrassé par une grave maladie pulmonaire qui va, pendant de nombreuses années, ruiner sa santé, réduire sa famille à la misère, et le confiner longtemps à une inactivité presque totale. La famille reste terrées dans un sous-sol, virtuellement coupé d'un monde bientôt en pleine mutation. Son épouse a fait péniblement survivre la famille grâce à des travaux de couture. Nombre de marchands et de collectionneurs le croient mort. En fait Lambré, dans le froid et la misère, en homme courageux et persévérant qu'il est, continue à peindre chaque fois que sa santé le lui permet, et accumulera ainsi plusieurs centaines d' œuvres. C'est parmi ces dernières qu'il sélectionnera celles nécessaires à une exposition qu'il parviendra à organiser en 1955, à la stupéfaction générale. Celle-ci connait un gros succès, l' Etat belge acquiert une toile, de même que S.M. notre reine Elisabeth. D' autres expositions se suivent et la vie semble lui sourire à nouveau lorsque, après la misère, c'est la mort qui surgit. Sa compagne dont il disait à tous "Chaque nuages de mes ciels, chaque vague de mes marées est le fruit de ses innombrables sacrifies" décède en 1958, trois semaines avant une exposition qui sera la dernière. Tout étant prêt, il faut bien laisser celle-ci avoir lieu. Ironie du sort, elle lui rapporte la somme la plus importante que de sa vie il ait pu détenir en une seule fois. Mais il est trop tard, désespéré, ayant perdu goût à la vie, Lambré quelques mois plus tard, met fin à ses jours par noyade à Schaerbeek, allongeant la liste des peintres maudits.

Ce tableau a été vendu par la galerie du Pistolet d'Or

Galerie du Pistolet d'Or rue du Hautbois, 35 - 7000 Mons

065/317097 ou 0479/965963

Ouvert le lundi, mardi, mercredi, vendredi et samedi de 14h30 à 19h.

Email: info@galeriedupistoletdor.com